Lettre ouverte à M. Le Prefet sur les sans-abri et le logement social à Avignon (1er Oct. 2008)

Publié le par CCIE

Voici une Copie de la lettre adréssée à M. Le Prefet le 1er Octobre 2008.


Nous n'avons pas reçu de réponse à ce courrier.


LETTRE OUVERTE À M. LE PREFET DE VAUCLUSE  1e Octobre 2008

 

M. LE PREFET ! NE NEGLIGEZ PAS LES INFORMATIONS VENANT DE COLLECTIFS CITOYENS...

 

Après la rencontre des associations gérant les centres d’hébergement et de réinsertion sociale (C.H.R.S.), venues exprimer au Premier Ministre leur mécontentement quant aux promesses qui n’auraient pas été tenues (promesses faites à la suite du mouvement en faveur des ‘Sans Abri’, initié par ‘Les Enfants de Don Quichotte fin d’année 2006), nous apprenons la venue de Mme BOUTIN, Ministre du Logement à Avignon le Jeudi 2 Octobre (11H45 Mairie Centre) qui vient présenter son projet de loi ‘de mobilisation pour le logement et la lutte contre l’exclusion’.

 

Aux portes de l’hiver, le Collectif contre les Inégalités et l’Exclusion interroge ouvertement  M. Le Préfet de Vaucluse, le plus haut représentant de l’Etat qui, sollicité à quatre reprises par le collectif n’a pas daigné répondre.

Avec le représentant de l’Etat nous voulions aborder les situations préoccupantes :

 

I – Les mal logés, Les Sans Abri : 

- Des cas relevant de la * loi D. A. L. O.  qui nous ont été signalés lors du déplacement de notre ‘caravane du logement social’ dans les quartiers, cas nombreux, sur Avignon notamment, qui ne sont toujours pas réglés malgré les dossiers déposés en bonne et due forme devant la commission dont les intéressés n’ont aucune nouvelle.

 (*D.A.L.O. Droit au logement opposable, loi résultant du mouvement initié par les Enfants de Don Quichotte Fin 2006)

   

- Nous savons que l’inspecteur de la D. D. A. S. S. a débloqué le 8  Septembre une enveloppe budgétaire pour le dispositif hivernal  ‘HALTE de NUIT’ (accueil de nuit d’urgence des sans abri de 22 h à 8h, du 15 Décembre au 15 Mars ) Mais… comme l’hiver dernier, aucun lieu n’est proposé ni prévu  et les associations porteurs de ce dispositif doivent encore une fois se ‘débrouiller’… en urgence pour chercher des locaux ?

Il était difficile de l’accepter la première année ! Mais ne pas avoir anticipé sur la mise en place de ce même dispositif une deuxième fois …. Nous paraît pour le moins relever de la négligence.

Ce lieu d’accueil (environ 20 personnes) n’a pas ‘désempli’ pendant l’hiver 2007/2008. Il répond à un réel besoin.

Le collectif d’associations  gérant  ce dispositif n’a de cesse de demander sa pérennisation  tout le long de l’année. Ces professionnels démontrent qu’il comble un vide dans le ‘panel’ actuel proposé en matière d’hébergement et de réinsertion sociale dans le Vaucluse et à Avignon notamment.  

La particularité de ce lieu d’accueil : Les Sans Abri y sont accueillis sans aucun critère d’accès contraignant, de plus, leurs animaux sont acceptés. Forts de cette particularité, les professionnels du lieu  incitent les ‘Sans Abri’ qu’ils ‘repèrent’ pendant les maraudes de jour à y venir, ils s’y sentent bien et beaucoup y reviennent toutes les nuits. Cet endroit est propice à enclencher un processus de  stabilisation et d’insertion adaptée aux plus fragiles de cette population.

 

II – Les conditions de logement en H L M à Avignon, les réhabilitations :

 

Nous voulions lui parler des difficultés que nous ont exposées les responsables de l’ O. P. H. L. M. de la ville et de la C. O. G.A. concernant en particulier, la mise en chantier de la réhabilitation (prévue dans le cadre de l’  A. N. R. U., Agence nationale de rénovation Urbaine) de la Cité ‘Montmajour’ à Monclar. (120 Logements où les habitants déjà en précarité,  vivent toujours, même si elles sont moindres, dans des conditions incertaines).

Ces difficultés impliquant nécessairement l’intervention du Préfet …

 

Nous déplorons l’absence de réponse à nos courriers de M. LE PREFET  mais nous constatons que notre action, depuis plus de 4 ans, notamment nos permanences tenues dans  la ‘caravane du logement social’ dans les quartiers, rencontrent un écho dans la population, les médias et les bailleurs sociaux.

Publié dans Courriers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article