Courrier à M. Le Prefet sur le projet ANRU et les Sans-abris (27 Jan 2009)

Publié le par CCIE

Voici une copie de la lettre adréssée à M. Le Prefet le 27 Janvier 2009 concernant le projet ANRU (Monclar), les sans-abris (la Halte de Nuit, le 'squat" rue St Jean, la Médiation de Rue).

Nous n'avons pas reçu de réponse à cette lettre.

Madame, Monsieur,


Nous nous sommes rencontrés en préfecture le 18 Novembre 2008 (Mme La Sous Préfète accompagnée des chefs de services concernés) et nous étions convenus de nous revoir en Janvier. Entre temps, vous avez pris connaissance de nos courriers et communiqué des 12 décembre 08 et 11 Janvier 09 dans lesquels nous vous faisions part de nouvelles inquiétudes :


I  - Sur le projet A.N.R.U. Monclar à  Avignon,  en particulier la réhabilitation de la Résidence Montmajour dont il semblerait qu'elle soit repoussée, ainsi qu'au coût qui pèsera sur les locataires étant donné qu'un nouveau financement a été planifié, comme nous l'apprenons dans un courrier qu'adresse M. BONNET président de l'O P H à M. DUFAUT, sénateur conseiller général Canton Ouest Avignon. Celui-ci nous ayant fait parvenir une copie. (2 Pièces jointes).


II - Les Sans Abri :

 

1 - La halte de nuit : Notre préoccupation sur les conditions d'accueil cet hiver 2008.2009 du dispositif 'Halte de Nuit' dans les locaux de l'accueil de jour du Secours Catholique persiste. Nous n'avons pas eu de réponse quand à notre souci qui concernerait le respect de la dignité humaine des 'bénéficiaires prioritaires' (une quinzaine de personnes appelées 'incasables')  et le  plan sanitaire dont vous êtes garant.  


2-  Le 'squat' Rue St Jean - Avignon pour lequel nous vous posions la question : Pourquoi a-t-il  été saccagé début Décembre 08, alors que près de 15 Jeunes entre 18-30 ans en errance y avaient trouvé refuge pacifiquement (dans une période de grand froid, encadrés par l'association 'Main dans la Main' qui porte le projet 'LE PHARE').

Depuis, ces mêmes jeunes, comme vous le savez, ont pris possession des locaux de l'ancienne maison de retraite rue Ste Catherine à Avignon,  toujours pacifiquement, encadrés par l'association.

Ces locaux inoccupés depuis plus de 6 ans appartiennent à MISTRAL HABITAT (dont la Présidente  par ailleurs est une élue, Vice Présidente du Conseil Général de Vaucluse), bailleur qui a entamé tout récemment une procédure d'expulsion.

Nous considérons ce débat d'utilité publique, que cette prise de possession a aussi pour but de dénoncer puis de pointer du doigt un problème politique qu'induit une lacune médico-sociale pour un public de 18-35ans, lacune qui entraîne des situations de marginalisation de jeunes dans l'errance où se greffent des comportements addictifs, dépendants, parfois violents et revendicatifs. Ils éprouvent une difficulté à se projeter dans l'avenir. Leurs rapports à la règle et à la loi sont perturbés !


Aussi nous comptons sur votre compréhension indulgente et sur votre responsabilité pour faire en sorte que ces jeunes, dans un premier temps, ne soient pas expulsés de ce 'squat' refuge et dans un deuxième temps, de demander expressément à vos services d'être à l'écoute des encadrants et de leur projet afin que soient  pérennisés une prise en compte et un processus de réinsertion durable pour ces jeunes qui vivent d'importantes difficultés d'insertion socioprofessionnelles.


3 - La Médiation de Rue (Maraudes) créée en 2005 :

Depuis notre courrier du 11 Janvier et devant la mobilisation, il semblerait que Mme le Député / Maire, tout en soulignant dans la presse qu'elle n'a pas a se substituer aux fonctions régaliennes de l'Etat,  accepterait d'attribuer 30 000 €, amputant ainsi de 30% sa participation par rapport à l'an dernier sans aucun débat en conseil municipal. Qu'en pensent les commerçants qui, forts partisans de ce dispositif, l'avaient accueilli avec enthousiasme ? (dixit Mme Le Maire).

Nous savons aussi  que la D. D. A. S. S. n'aurait 'pas les moyens'  de palier à ce manque de financement  pour cette année 2009 ce qui, si on tient compte que le coût correspond uniquement à la masse salariale, entraînerait inévitablement à plus ou moins long terme l'abandon de ces  maraudes  (2 personnes ½ actuellement pour les assurer).

Comme nous vous l'avons déjà dit, ceci nous semble incohérent,  si on tient compte de la volonté affichée au plus haut niveau, appuyée par une instruction du Ministère du Logement adressée aux Préfets  datée du 17 Octobre 08 « vous veillerez à ce que les maraudes soient intensifiées »

Pour éviter chaque année une remise en cause de ces dispositifs reconnus indispensables dans le traitement de la problématique, nous souhaiterions vous rencontrer pour que vous nous confirmiez votre volonté d'y remédier dans le cadre du projet du Collectif d'Actions des Sans Abri (ficelé et  présenté depuis de nombreuses années),  dans la mesure où vous  useriez de votre pouvoir afin qu'un lieu adapté lui soit enfin proposé en 2009 par la Ville ou par d'autres propriétaires de biens publics. Nous pensons à des  bâtiments désormais vides qui appartiendraient à l'ETAT sur Avignon.


Nous rendant régulièrement à la rencontre des résidents dans les locaux de la Villa Médicis (5 bis, avenue du blanchissage à Avignon), nous avons pu constater qu'il  y a urgence étant donné l'état de vétusté des modules d'habitation qui se dégradent et imposent des conditions de vie très précaires aux résidents.

Rappelons que ce lieu d'hébergement (villa Médicis) à un statut provisoire depuis 2003.


Dans l'attente d'une toute prochaine rencontre où nous aborderions tous ces sujets , Veuillez croire, Madame, Monsieur , en l'expression de nos respectueuses salutations.


Copie :

Mme le Député/Maire d'Avignon /Mme Fournier Armand Présidente de MISTRAL HABITAT Vice Présidente du Conseil général de Vaucluse.


Publié dans Courriers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article