Compte-rendu de notre rencontre avec le Chef de cabinet du Préfet

Publié le par CCIE

Ci-dessous la lettre que nous adressons au Chef de cabinet du Préfet suite à notre rencontre du 19 mars dernier.

Elle fait office de compte-rendu que nous publions sur le blog.

 

M. Alain Besaha, Chef de Cabinet de M. Le Préfet,

Préfecture – 84905 Avignon

                                                                                         Avignon, le 3 avril  2010                            

 Monsieur le Chef de Cabinet,

Nous vous remercions de nous avoir reçus longuement en date du 19 mars dernier.

Pour éviter toutes équivoques, nous tenons à vous faire part, par écrit, des informations recueillies   en réponse à nos nombreuses interrogations stipulées dans le document que nous vous avons remis, fil rouge de notre rencontre .

 1 – Concernant les ‘squatters’ (plus d’une vingtaine) de la rue Sainte Catherine (décembre 2008 - juin 2009) dont Mme la Sous Préfète s’était engagée, le 26 mai 2009, à leur proposer  des solutions par le biais du SAO 84, vous nous informez que seulement 3 jeunes ont pris contact avec le SAO 84, et qu’ 1 seul a été orienté au ‘Village’.

Vous convenez ainsi avec M. Breysse, présent à la réunion, qu’il y a un réel problème concernant les jeunes de 18 à 21 ans - voire jusqu’à 25 ans - qui sont en errance et qui investissent de nombreux ‘squats’ à Avignon. Nous avons compris que fort de ce diagnostic partagé par les associations, dans le cadre du plan d’accueil et d’hébergement 2012 et du Plan Départemental d’Action pour le Logement des Personnes Défavorisées (PDALPD) des solutions adaptées sont sérieusement à l’étude. L’intervention actuelle des services sociaux du Conseil Général n’y suffit manifestement pas.

Nous avons évoqué aussi l’inadaptabilité des structures compte tenu de l’évolution de la situation des ‘Sans Abri’, qui sont de plus en plus nombreux à refuser les places proposées ainsi que l’application du principe de continuité. Le préfet s’engage à suivre le compte rendu de cette année et de mettre en place le nouveau plan.

En ce qui concerne la coordination ‘santé sociale’ : les acteurs (groupe 3S2A… ) existent et vous avez reconnu, ainsi que M. Breysse, la nécessité de mieux les coordonner.

2 - Vous nous annoncez la réforme en cours du SAO 84 qui, devenant le SIAO 84, devrait répondre mieux aux besoins et ce, dès la fin de l’année 2010 :

Entre autres, le 115, accessible 24h/24h ainsi que les données en temps réels des possibilités d’hébergement qui permettraient des orientations plus efficaces.

3 - La Médiation de Rue, les maraudes et le partenariat avec la Municipalité d’Avignon dans ce dispositif : notre inquiétude quant à la baisse de 30% de la subvention de la Municipalité en 2009 (la DDASS a  pallié à la carence de la Mairie) et l’incertitude pour 2010.

Nous avons pris note de votre engagement personnel sur cette question. M. Le Préfet devant recevoir La Députée - Maire Mme Roig à ce sujet, le lundi suivant notre rencontre. Pouvons-nous connaître la réponse apportée ?

M. Breysse précise qu’en raison du calendrier de ce dispositif, qui ne court pas en année civile,  le budget serait  assuré jusqu’à octobre 2010 ; ce qui nous  inquiète, nous espérons à tort, pour la fin de l’année.  Nous avons renouvelé notre souhait, partagé par CASA, pilote  du dispositif, de voir enfin cette action pérennisée par convention au moins tri-annuelle.

4 -  L’Accueil de Nuit : M. Breysse impute au projet CASA les conditions d’accueil qui ont présidé l’hiver 2009-2010.

Vous comptez vous enquérir attentivement du bilan de l’action hiver 2009-2010 et vous avez pris en considération notre exigence de voir les ‘Sans Abri’ disposer de couchages pour dormir ‘couchés’ dans des espaces préservant un minimum d’intimité, (tout en sachant que ‘l’accueil de nuit’ n’est pas un centre d’hébergement) ce qui nécessite une prévision de ligne budgétaire adaptée. Quelle action envisagée  pour l’Hiver 2010-2011 ? Nous aimerions être informés des initiatives que vous comptez prendre dans ce sens.  

5 - En ce qui concerne le dispositif d’accueil et d’hébergement en Vaucluse en vigueur  en Novembre 2009, qui comprend les places de CHRS et les places en hébergement d’urgence, au total 525 places :

Afin de clarifier les affectations par structures de ces différentes places d’hébergement sur le département, nous vous vous remercions de demander à M. Breysse de nous faire parvenir ces éléments détaillés ainsi que les projets en cours de réalisation dans le Vaucluse. En ce qui concerne les mesures préconisées par les 31 associations unies qui ont publié un bilan (par le biais d’un baromètre en septembre 2009) et l’avancement des applications dans le Vaucluse, nous avons pris note par M. Breysse que nombre d’entres elles sont à l’étude dans le cadre du Plan en cours et rejoignent les 20 propositions dont l’objectif annoncé par le secrétaire d’Etat au logement M. Apparu est de sortir de la logique de l’hébergement pour passer à une logique de logement. Nous ne manquerons pas de suivre les projets proposés (notamment de logements intermédiaires), par les associations vauclusiennes dans cet objectif.

6 – La politique du logement social : la Rénovation Urbaine de Monclar. Vous n’avez  pu nous apporter des réponses  aux questions précises, et vous nous avez conseillés de demander audience au Sous Préfet M. Meynard en charge de la politique de la ville.

 Néanmoins à notre question sur les  ‘expulsions’, vous nous avez confirmé qu’il n’y aura pas de moratoire. Dans le Vaucluse, une commission se met en place et il n’y a pas d’expulsion pour les personnes de ‘bonne foi’ (celles considérées de mauvaise foi seraient celles qui ont un revenu et qui ne paient pas leur loyer) sans recherche de solution d’hébergement en coordination avec des associations CAP HABITAT, SOLIGONE, DECLIC, l’AHARP… et vous avez affirmé votre approche sociale pour chaque dossier dont vous avez la charge. Vous nous avez informés d’une circulaire gouvernementale datée du 16 mars, mettant en place un numéro vert ‘SOS Loyers impayés’ pour prévenir les expulsions. Nous vous renouvelons notre souhait de connaître la personne ou famille que vous nous avez signalée ayant refusé une proposition de relogement avant l’exécution de son expulsion.

 Dans l’attente, nous vous prions de croire, Monsieur le Chef  de Cabinet, en nos sentiments les meilleurs.

 

Le « Collectif  Contre les Inégalités et l’Exclusion »                      «  Les Enfants de Don Quichotte 84 »

 

 

La délégation : Micheline Berchoud, Martine Gras, Pascal Herrero, Daniel Landau, Madeleine Ould Aoudia.


 


Publié dans Soutien aux Sans-Abris

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article