La Provence, 9 octobre 2009 (P. Giéra)

Publié le par CCIE

"L'ambition réussite n'a pas franchi les remparts"


Publié le vendredi 9 octobre 2009 dans "La Provence".

 

Les partisans de la reconstruction du collège ne désarment pas.

 


Le collectif pour la reconstruction du collège Paul Giéra a rappelé son désir de rencontrer Mme Roig.

Photo Viggo Geist

 

La question peut dérouter. Elle n'en demeure pas moins révélatrice d'une situation que d'aucuns qualifieraient de kafkaïenne. Elle a été posée hier par le collectif pour la reconstruction du collège Paul-Giéra. "Pourquoi le préfet de Vaucluse, le président du conseil général et la députée-maire d'Avignon continuent-ils d'ignorer la circulaire gouvernementale 2009-07 ?" s'interroge le collectif. Ce document a, selon le collectif, "été adressé aux préfets, recteurs et inspecteurs d'Académie le 5 mai 2009, annonçant qu'une enveloppe de 40 millions d'euros serait débloquée pour 2010-2011 en vue d'aider à la destruction-reconstruction des collèges situés dans les quartiers de la politique de la Ville".

 

Afin d'obtenir un réponse, notamment de la part de Marie-Josée Roig, le collectif a fait plusieurs demandes pour être reçu. "Jusqu'à ce jour, précise-t-il, nous n'avons pas réponse. Nous réitérons cette demande". Le collectif s'interroge également sur l'idée avancée par la majorité du conseil municipal de construction d'un nouveau collège en Courtine."C'est soit méconnaître le territoire, soit se moquer de la population!".


Fidèle à ses intimes convictions, surtout après avoir consulté plus de 2 200 personnes des quartiers ouest de la ville, le collectif n'entend pas abandonner la partie. Le collectif a longuement écouté les parents d'élèves des collèges Mistral et Vernet, ainsi que des enseignants, venus faire part du mal-être, vécu au quotidien, aussi bien par des élèves de l'ex-Paul Giéra que des élèves des deux établissements de l'intra-muros : classes surchargées (26 à 30 élèves aujourd'hui alors qu'à Paul Giéra, c'était des classes à 18 ou 20 élèves), différences de niveau, notamment en maths et en français, postes d'enseignants supprimés, contrairement aux déclarations d'avant rentrée, mystérieuse disparition de matériels pédagogiques à Paul- Giéra, sans oublier la question de la cantine... Une avalanche d'interrogations et de constations qui amènent aujourd'hui le collectif à être encore plus vigilant.

Par Hervé Aujames ( haujames@laprovence-presse.fr )

Publié dans Ils en Parlent

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article